Blog

9 novembre 2020 Par Dans Blog
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les élèves de Seconde Pro Aquaculture ont participé, pour la première fois, aux reproductions des truites de la pisciculture. Cette période d'intense activité s'étale en général entre le mois de novembre et le mois de décembre. Ces travaux pratiques se déroulent en plusieurs étapes, et souvent en demi-groupe. La première étape consiste à différencier le sexe des poissons. A l'issue de cette étape, deux bassins sont utilisés. Un pour la mise en stockage des femelles et l'autre, pour le stockage des mâles. La deuxième étape, consiste à déterminer l'état de mâturation des poissons (production d'ovocytes et de spermatozoïdes). C'est pour cela que les poissons sont manipulés un par un (le plus souvent, hors de l'eau, mais de façon rapide pour éviter un stress trop important et une asphyxie dûe au manque d'oxygène) et triés afin de sélectionner uniquement les poissons qui pourront être prêts à 100 % à la reproduction. Les autres poissons sont remis dans le bassin d'origine. Ils seront triés ultérieurement. La troisième étape consiste maintenant à préparer les bassins d'accueil suivant le sexe et l'origine des poissons afin de les avoir à proximité pour l'étape suivante qui elle, consiste à la reproduction à proprement parler. 

Cette étape est la plus importante. C'est elle qui va nous permettre de renouveler notre cheptel de poissons. La moindre erreur peut enrayer tout le cycle d'élevage, ainsi que les ventes, et les futurs TP. C'est pour cela que le matériel utilisé est désinfecté et que les poissons sont bien anésthésiés afin de récupérer le maximum d'ovocytes de bonne qualité, pour ne pas contaminer  la suite du protocole. Pendant que l'anésthésiant fait son effet (quelques minutes), les élèves préparent le chantier pour récupérer les oeufs. Ils mettent en place des bassines et des passoires pour la récupération, des torchons et des serviettes pour sécher les poissons (car la moindre goutte d'eau peut entrainer une mauvaise fécondation). Une fois que le chantier est préparé, et que les poissons sont bien endormis, les élèves, par un léger massage de l'abdomen, récupèrent les ovocytes des femelles (et dans un deuxième temps, le sperme des mâles). Une fois que toutes les femelles utilisées se sont bien remises de l'anésthésiant, tous les oeufs ainsi récupérés sont scrutés minutieusement afin d'en déterminer la qualité (oeufs surmâtures, caillots d'oeufs, traces de sang...) et sont regroupés afin d'être fécondés. C'est à ce moment là, que les mâles sont mis sous anésthésie (moins forte que les femelles, car ils peuvent servir plusieurs fois pour une même reproduction). Une fois cette opération terminée, les spermatozoïdes sont mis en contact avec les oeufs. On y ajoute un peu d'eau provenant du bassin où s'effectuera la suite du cycle (écloserie) pour éviter d'apporter des éléments pathogènes aux futurs alevins. On attend une vingtaine de minutes, en ayant pris la précaution de mettre les oeufs dans la pénombres afin qu'ils gonflent et puissent être manipulés. Ensuite, arrive la dernière étape, qui consiste à rincer les oeufs fécondés et à les comptabiliser par pesée pour ensuite être mis en incubation pendant une trentaine de jours avant éclosion. 

Les élèves ont réussi ce TP avec brio car aucune mortalité n'a été déplorée. Dans quelques semaines, ils verront des alevins, fruit de leur travail sérieux et appliqué. Bravo à eux.

5 novembre 2020 Par Dans Blog
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quel plus beau terrain d'apprentissage que le plein air ?

Dans le cadre des travaux pratiques, les élèves de CAP Métiers de l'Agriculture se sont retrouvés à la pisciculture du lycée. Les premières années avaient en charge de redonner un coup de jeune à la serre. La saison étant terminée, il a fallu arracher tous les anciens plants de tomates, retourner et nourrir la terre avant d'accueillir de nouvelles cultures. Afin de ne pas laisser la végétation envahir la prairie, une action de débrousaillage a été nécessaire. 

Les élèves de deuxième année, quant à eux, étaient chargés de nettoyer les bassins de la pisciculture. Ils devaient également s'assurer de la bonne croissance des carpes koi en procédant à des pesées.

 

 

5 novembre 2020 Par Dans Blog
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

L'année dernière, la ville de Bayonne a lancé un appel à projets afin d'aménager le haut des remparts de la ville. Parmi plusieurs propositions (aménagement pour vélos, création de plate-bandes....), le projet retenu a été l'implantation de fruitiers. Les remparts étant classés, il a fallu l'autorisation des bâtiments de France. L'implantation de ce verger sera en harmonie avec la cathédrale qui se trouve juste en face. Historiquement, il y a déjà eu du maréchage à cet endroit et il y a un siècle, des vaches pâturaient sur ces prairies. C'est pourquoi, la ville de Bayonne a souhaité renouer avec cette tradition et faire de ce site, un site durable avec la création d'un jardin partagé. Outre les fruitiers, l'espace sera tondu de manière différenciée avec des secteurs en prairie, des secteurs en gazon.

Grâce à leurs enseignants, messieurs Irubetagoyena et Arnal, le lycée St-Christophe, avec les premières et terminales CAP Métiers de l'Agriculture a été retenu pour la plantation de ce verger. Les élèves ont trois séances pour délimiter et planter les 49 arbres fruitiers (cerisiers, poiriers, cognassiers, pommiers). Ils sont ravis de participer à ce projet solidaire. En effet, outre l'aménagement de l'espace, ce projet de verger urbain, vise à faire de Bayonne, un ville "comestible" et "éducative". Les citoyens pourront venir cueillir les fruits en toute légalité. "Ils pourront s'appropier les espaces verts, tout en partageant des moments de convivialité et de sensibilisation autour de ces plantations".

Bravo aux élèves de CAP pour leur travail !

 

4 novembre 2020 Par Dans Blog
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après un début d’année difficile, c’est avec beaucoup de plaisir que nous avons retrouvé les bancs de l’école. Bien sûr, protocole sanitaire oblige, il a fallu apprendre à vivre autrement. Tels des petits inspecteurs, nous devons désormais deviner « qui se cache derrière le masque ? ». S'il est facile de reconnaître nos anciens élèves, les choses se corsent quand il s’agit des nouveaux. Et si en plus, il y a des jumeaux,…..rien ne va plus !

Peu importe, le défi est lancé ! Nous allons devenir des véritables experts dans la reconnaissance faciale masquée.

C’est dans ce contexte, que nous avons accueilli nos élèves.

Le 3 septembre, les étudiants de première année BTSA Productions Aquacoles ont eu la chance de participer à une journée d’intégration organisée par leur responsable de filière, Mme Oberling.

Par une journée douce et ensoleillée, nous avons mis le cap à l’ouest pour découvrir la baie de St Jean de Luz et ses environs à bord du Nivelle V. Les étudiants ont pu apprécier l’histoire de ce port de pêche renommé en son temps pour la pêche à la Baleine. Les embruns, la houle et la luminosité magnifique en ce début de mois de septembre, ont séduit nos jeunes apprentis. Certains montaient pour la première fois sur un bateau. Fort heureusement, nous n’avons recensé aucun mal de mer !

L’après-midi était consacrée à la visite du Musée de la Mer de Biarritz. Nous avons été accueillis par deux anciens élèves du lycée, Xabi Indaburu et Laurent Devos. Ces rencontres sont essentielles pour les étudiants qui peuvent ainsi se faire une idée de certains débouchés ou lieux de stages et pour les enseignants, elles montrent combien les apprentis d’hier ont cheminé et grandi et font les hommes de demain.

Une journée bien remplie et très positive.

Page 10 sur 15

Contacts

 Icone Facebook

 
 
Vous êtes ici : Accueil Vie Etablissement Blog